Retour à la liste

Sur les chemins de Compostelle

Résumé

L’année 2018 célèbre les 20 ans de l’inscription du pèlerinage de Compostelle au patrimoine mondiale de l’UNESCO ; pour Tiga c’est l’occasion de partir sillonner un bout de ces chemins, et de découvrir la frénésie mondiale que déclenche ce pèlerinage moyenâgeux.

En partant sur les chemins, Tiga va découvrir l’univers si particulier du Jacquet qui les arpente, elle empruntera le camino frances, trajectoire la plus classique et la plus courue à partir de St Jean Pied de Port, grand point de départ, jusqu’au Cap Fisterra, fin mystique et véritable du pèlerinage.

Tiga est est à Saint Jean Pied de Port elle va dans une boutique de pèlerin acheter l’attirail qui lui faudra afin de prendre la route. Puis, elle part poser ses affaires au gîte ou elle dormira, au cœur du village et le long de la route de Compostelle. Elle y rencontre le propriétaire, Eric, lui même ancien pèlerin, qui lui conte son histoire et lui propose de l’aider à préparer son aventure.

En chemin, Tiga retrouve Olivier Martin directement au milieu de ses vignes à Irouleguy, celles-ci sont au niveau de l’ancien prieuré, aujourd’hui cimetière du village, lieu originel de ce vin des pèlerins que faisaient les moines de Roncevaux au moyen-âge.

Elle rencontre la chanteuse Anne Etchegoyen, elles décident de cheminer ensemble jusqu’à la première étape espagnole qu’est Roncevaux.

Avec elle Tiga pourra découvrir les coulisses de la culture basque espagnole que traverse le chemin.

Arrivées à Roncevaux, elles vont faire tamponner leur passeport : la première grande étape est franchie et elles sont maintenant en Espagne.

Tiga se réveille, il faut maintenant repartir direction Puente La Reina. Lacho rentre à Pampelune car en ce moment ce sont les ferias et il participe aux fameux encierros dont il est féru.

Puente la Reina est une étape majeure du pèlerinage car c’est ici que se réunissent le camino navarro avec le camino aragones et ils deviennent ainsi le camino frances à la sortie de la ville.

Puis elles reprennent la route direction Estrella, autre joyau moyenâgeux où elles passeront la nuit.

Après ces moments forts Anne et Tiga doivent se séparer. Tiga reprend donc la route seule avec son sac à dos et arrive enfin aux portes de Compostelle dans la région de Padron.

Elle rencontre Milagros propriétaire d’une énorme plantation de Padron, Tiga aide à la récolte, puis Milagros l’invite à rencontrer d’autres agriculteurs de la région qui montre à Tiga les différentes façons de cuisiner le fameux piment.

Le matin Tiga reprend sa marche et s’approche de Santiago. Ses alentours de grande agglomération sont surprenants après nos étapes précédentes si reculées, Tiga rencontre un couple de marcheuses. Ensemble elles entrent dans Compostelle et assistent à la frénésie, à la joie, aux pleurs, bref au lâché prise total de tous ces pèlerins, qui affluent de toutes parts atteignant enfin leur but après des mois de marche.
Pour la fin de son voyage , Tiga est à Corogne dans un bar de plage, elle rencontre le propriétaire qui n’est autre qu’Eric Rebiere, un surfeur français.

Arrivés au cap, Eric l’emmène surfer dans un spot secret et les deux font une belle session dans cette eau turquoise du bout monde. Eric lui propose, réconfort après l’effort, de déguster cette coquille emblématique dans un petit restaurant de fruit de mer en bord de mer.

Les coquilles englouties, Tiga quitte Eric car c’est seule qu’elle veut aller se recueillir au bord des falaises de ce cap mystique. Autour d’elles quelques feux de joies se consument. Ca y est, elle a atteint le bout du chemin.

L’équipe d’Echappées Belles Compostelle

Animateur : TIGA

Réalisateur : Damien POURAGEAUX

Ingénieur du son : Gregory COOK

JRI : Simon FICHET / Victoire MEYNIAL / Camille DE BREVENDENT

Assistants : François BOULET /  Mathias BRACHO / Beatrice FAINZANG

Assistant de rédaction : Eugénie BELIER